Onzième ?

Carnet de bord du lundi 12 mai 2008

Malgré tous nos efforts ça va être très compliqué de revenir sur Liz ou Sablière. On va faire nos dernières 36 heures au taquet, mais il y a plus de 20 milles d’écart.

Cela nous fait penser à une question de plus pour le test.
Question : « Préférez-vous,
A. Finir 11ème demain soir
B. 6ème après-demain soir ? »
En exclusivité, la réponse est 12ème hier soir !!!

J’ai quand même plus l’impression d’avoir bossé 3 semaines (certes au grand air) que d’ avoir pris 3 semaines de vacances au soleil, à la mer...!
Je crois que je commence à imaginer la vie d’un coureur au large professionnel et je ne suis pas sûr de vouloir échanger mon baril de course en amateur avec son côté aventure et fun contre 2 barils de coureur professionnel vissé à la barre se nourrissant de barres et de lyophals.

On aurait peut-être pu finir 8ème ou 7ème en restant au nord ces derniers jours car on a pointé devant Suzuki avant de replonger sud. Pour cela il aurait fallu passer 2 ou 3 heures sur l’ordinateur pour faire des simulations mais pas possible pour nous sans énergie. Dommage. Ceci dit, 11ème serait super et je pourrai partir sans regret de la Classe Figaro pour la Class40.

Nous avons eu ce matin la Martinique par le travers (au loin) et allons dans la nuit remonter la Dominique puis Marie Galante, la Guadeloupe, frôler la Désirade (Wowo !) puis passer demain matin entre Antigua et la Barbade. C’est un peu rapide pour le tourisme mais le coin est super sympa.

Notre ETA (estimated time arrival) à Saint-Barth est prévue entre minuit et 6h du matin heure de Paris, mercredi.

Nos amitiés Antillaises à tous ceux qui voient dans le ruban rouge un symbole de solidarité mais aussi l’espoir, la volonté et la combativité.

Nous n’aurons rien lâché pendant 23 jours et par rapport à tous ceux qui combattent le virus tous les jours pendant des années, ces 23 jours on vous les donne, ce sont les vôtres.

Erik, Cédric et le Voilier au Ruban Rouge

Et voilà ! Ciao !

28 commentaires
 
 

56 heures Chrono

Carnet de Bord du dimanche 11 mai 2008

C’est toujours un grand moment à l’approche sur les Caraïbes/Antilles/ On the way.
Une partie de l’histoire de la navigation c’est passée ici : Christophe Colombe bien sûr, mais aussi les Pirates, la Flibuste, le Voilier au Ruban Rouge… etc.

Nous devons respect et humilité à cet arc de terre né de la puissance tellurique des volcans (je m’en flamme aussi…). Puisse ces terres contrastées de richesse et de pauvreté, nous laisser passer sur notre frêle esquif devant la bande d’écumeurs des mers qui nous pourchassent et veulent nous piquer notre 10ème place!

On commencerait presque à sentir l’odeur des accras si Poupou ne se trouvait pas à mon vent. Rien de grave Emma et les parents de Poupou, Cédric prend soin de lui, mais il a un peu peur de la mer parce qu’elle est froide et il a pris l’option « lingettes ». Ce qui fait que depuis 20 jours j’ai l’impression que l’on me promène un nourrisson sous le nez après la toilette. Je me demande si je ne préfèrerais pas l’odeur de l’Homme des cavernes au moins pour ces quelques dernières heures. Maintenant, c’est peut être un acte de défense de Poupou car comme il ne faut pas jeter les lingettes à la mer, il se sent peut être protégé…

Nous commençons à fantasmer sur notre premier repas à St Barth. Quand moi je pense accras, boudins, poissons et rhum, Poupou lui réclame une entrecôte frites avec une boule vanille et un St Nicolas de Bourgeuil. La prochaine fois je l’emmène en Angleterre, fini les Antilles !

Bon, j’arrête là car je n’ai plus que « mes belles » pour retranscrire ce mémo en texte.

On ne lâche rien, on continue de traquer Liz qui n’est pas très loin devant nous.

On vous embrasse.

P&P
17 commentaires
 
 

Foncer dans le brouillard

Carnet de bord du samedi 10 mai 2OO8

Notre prochaine ouverture de l’ordinateur avec position et fichiers « vents » est pour demain dimanche 17h30.
En attendant, nous ne savons pas si notre option de faire 12 heures vers le Sud-Est aura payée ou non.
L’idée est d’avoir plus de vent et un meilleur angle sous spi pour finir à Saint Barth, mais le coût a été d’environ 50 milles nautiques de route en plus. Notre pari étant de finir avec une moyenne proche de 10 nœuds de vitesse.

Nous sommes donc à l’attaque et sommes passés à l’offensive plutôt que d’essayer de gérer notre place. C’est plus « fun », mais frustrant de ne pas pouvoir analyser les conditions de nos camarades de jeu et s’il y a quelque chose à tenter plus au nord.
Nous avons tiré notre dernière cartouche !

Je commence à être cuit dans tous les sens du terme, et le Poupou continue son régime « bouffe/sommeil ».
Nous sommes rentrés dans une routine de quart de 2 heures, 24/24h afin de garder le maximum d’efficacité à la barre. On se croise donc 12 fois par jour pour le passage des consignes. Et les repas sont pris à part, car pas possible de laisser la barre une seule seconde !!!

Exemple d'échange :
-"ça va ?" demande Erik
-"ça farte !!" répond Poupou
-"Ca a adonné de 10°, j’ai eu une molle" ajoute Erik
-"Bon, à toute à l’heure."

Voilà !
Vivement Saint Barth qu’on discute le coup
A plus, à donf, …. !!!
PaPou
7 commentaires