Tout d'abord il y a le petit lutin bleu qui s'invite sans coup férir à chaque fois que vous vous acharnez à prendre de la vitesse, ce même petit lutin qui muni d'une lance à incendie prend un malin plaisir à vous arroser en permanence, en résumé c'est eau et eau à tous les étages donc combinaison étanche quasi obligatoire d'un bord sur l'autre de l'atlantique. Vous ne la quittez qu'éventuellement pour dormir sauf sur la bannette de veille quand il y a grand frais dehors (dans un bateau où l'eau dégouline de tous les côtés, importé par les marins eux même où une vague scélérate venue en traître frapper avec force et conviction la poutrelle arrière qui vous la redirige dans le duvet de celui qui essaye de dormir).
Un que la croisière commence sur le bon tempo!!!?

Pour ce qui est du repos, nous pouvons dés à présent présenter une réclamation auprès de l’affréteur.
La bannette, autrement appelée dans la marine royale la caille et bien dans la pirogue : il n'y en a qu’une. L'autre espace dédié au repos des fiers marins, qui sert donc de deuxième caille, ressemble à une grotte dont il faut s’extraire avec dextérité et souplesse (ce qui caractérisent votre narrateur) dans un bateau trempé et monté sur des patins à glace, le tout en pleine débâcle de la banquise.
Vous y ajoutez au bout de plusieurs jour de combat acharné avec les éléments hostiles à la vie tranquille des marins, un parfum de vestiaire d'équipe de hockey sur glace après un match et vous avez à peu prés le contexte de repos du moins fier marin!!! D’où les commentaires au retour sur terre tu as les traits tirés...?

Il y a notre invité surprise, le mal de mer qui s'insinue chez des personnes insoupçonnables, autant chez le patron que pour ces fiers aventuriers, qui vous donne envie de partir sur le dos d'une baleine une bonne fois pour toute, parce-que elles, elles sont dans leur élément.
Mais là on a notre remède miracle notre mangeur de saucisson et néanmoins chercheur de médicament miracle. Le pharmacien du bord resté chaudement dans son canapé !!!!! qui a garni de ces précieuses pilules la pharmacie.

Et puis il y a le bruit. Ce bruit omniprésent lorsque le bateau fend la mer à grande vitesse et quand les éléments se calment, c'est vos camarades de jeux qui dans la recherche infructueuse du moindre souffle, manœuvrent sans discontinuer, ce qui se résume à l’intérieur à vouloir dormir dans une Porshe voulant doubler Richard Virenque dans la tranchée d’Alembert.
Car non seulement l'atlantique n'est pas très carrossable mais les vagues viennent régulièrement donner des coups de boutoir sur les différentes parties du bateau (principalement les poutres) et déclencher avec force et conviction comme de furieuses détonations.

Dormir est difficile, manger est difficile, garder toute sa lucidité est difficile, ne pas se faire mal est difficile, rester les deux pieds à bord demande une attention de tous les instants mais traverser l'atlantique nord en course n'en demeure pas moins un rêve pour de très nombreux marins, une fois accompli leur périple et malgré tout, les marins sont souvent pressés de repartir vers de nouveaux horizons (une option pour le sud).

Philippe

Commentaires

www.josephcolomba.fr | email | 8 janvier 2014 à 07:45

Dormir est difficile, manger est difficile, garder toute sa lucidité est difficile, ne pas se faire mal est difficile, rester les deux pieds à bord

replica designer handbags | email | 27 mars 2014 à 12:35

s se faire mal est diffic

www.cartehotel.fr | email | 2 avril 2014 à 04:03

Dormir est difficile, manger est difficile, garder toute sa lucidité est difficile, ne pas se faire mal est difficile, rester les deux pieds à bord

www.popupbar.fr | email | 4 avril 2014 à 09:17

thanks for sharing it

www.plan2plant.co.uk | email | 7 avril 2014 à 05:43

Dormir est difficile, manger est difficile, garder toute sa lucidité est difficile, ne pas se faire mal est difficile, rester les deux pieds à bord

www.espace-baignoires.fr | email | 8 avril 2014 à 09:06

thanks for sharing it

www.ladressecomtoise.fr | email | 11 avril 2014 à 10:18

Dormir est difficile, manger est difficile, garder toute sa lucidité est difficile, ne pas se faire mal est difficile, rester les deux pieds à bord

Postez votre commentaire

votre commentaire

pour valider votre commentaire, merci de recopier le code numérique ci-dessous :

Si vous ne voyez aucun chiffre lisible, utilisez le formulaire de contact pour signaler le problème
le code :  

  

Retroliens

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.