« Des solutions, pas des frissons !» troisième partie :

3 – (éviter) la casse : structure, mât…

Après avoir passé qq jours avec mon assureur préféré à la Juris Cup, je me dois de continuer de le rassurer (si je puis dire) afin qu’il profite aussi pleinement dans son hamac de salon des saveurs épicées de la Route du Rhum.
La plateforme technique du Voilier aux Rubans Rouges a prouvé sa robustesse au long des nombreuses transats courues dans des conditions météo parfois très difficiles. Elle a couru sa première route du Rhum en 1990 du temps où le trimaran mesurait 60 pieds et était donc soumis a beaucoup plus d’efforts que dans sa version courte de 50 pieds d’aujourd’hui. Nigel Irens a dessiné un bateau capable d’absorber les chocs en souplesse et donc le bateau plie mais ne se rompt pas (je touche quand même du balsa et... un peu de kevlar !). Il n’a pas de carbone beaucoup plus rigide que de la fibre de verre mais qui a tendance à se casser directement sans prévenir.
La manière de naviguer va aussi beaucoup compter et, les premiers jours en particulier, il va falloir rester lucide et garder en tête quelques règles dont celles simples du calcul. Là où le bateau souffre c’est dans la mer courte au près. Le bateau tape très fort et passe en force. Aller un ou deux nœuds plus vite peuvent coûter cher or ce n’est pas là que se fait la différence. La différence elle se fait au portant quand vous marchez à 14 ou 16 nœuds au lieu de 20 nœuds. C’est valable en multi mais aussi en mono (en moins vite…), les écarts liés au différentiel de vitesse se creusent au portant dans la brise, pas au près.
Pendant le Rhum j’irai contrôler régulièrement les points les plus sollicités et ceux qui travaillent pour absorber les chocs mais je suis confiant sur cette partie même si ça fait bizarre d’avoir à regarder qqchose qu’on n’a vraiment pas dans sa check list sur un monocoque. Marc Pajot a gagné le Rhum sur le cata Elf Aquitaine qui était fissuré dès les Açores donc même si ça travaille trop y a moyen de finir la course…

Lire la suite

4 commentaires
 
 

"Des solutions, pas des frissons !" seconde partie

2 – (éviter) La collision pendant le sommeil :

Pendant (à nouveau) une Québec Saint-Malo (sans moi cette course là !), mon morceau d’histoire de la course au large à 3 coques a heurté un pauvre cétacé sans doute pas assez rapide ou distrait et a du finir de traverser l’atlantique sans gouvernail (pas simple même à 3 à bord)…

Lire la suite

1 commentaire
 
 

Carnet de Préparation

Bon nous en étions avec le « patron » sur un divan entrain de lister ses angoisses de navigateur névrosé. La liste est longue mais bon quoi qu’il en soit il faut qu’il se la pète et fasse son cacou pour un ti-punch après sa transat annuelle de désintox alors voyons comment il peut éviter de se mettre dans le rouge côté sommeil alors que ses navigations en solitaires ne sont pour l’instant que des transParis sur son vélo (un vrai qui roule pas comme celui de Franck Cammas… )… et merci aux contributeurs à la thérapie dont par pudeur nous tairons le nom… quoi que...

Lire la suite

0 commentaire