Saison 2009, résumé des épisodes précédents:

. La saison a réellement démarré en Avril par 2 séances d'entrainement avec comme coach Tanguy Leglatin (un bonheur, je vous le conseille par contre une légère tendance à vouloir mettre toute la garde robe sur le pont en même temps, la seule chose qu'on n'a pas essayé c'est d'envoyer ensemble les 2 spis un sur le bout dehors, l'autre sur le tangon). Première séance d'entrainement avec opposition solidaire entre "AXA atout coeur pour AIDES" et "Neurodon" (Pogo 40) pour 3 jours de runs de vitesse. Résultat il ne faut pas la jouer cérébral (facile je sais) et le Ruban Rouge a démontré sa détermination (25 ans de combat!). Seconde séance en cours particulier dédié aux manoeuvres avec une nuée de petits trucs que nous vous donnerons si vous êtes fidèles au fur et à mesure de la saison...

Saison 2009, actualité:

. L'actualité est au parcours de qualification pour la "Solidaire du Chocolat":
Nous pensions pouvoir boucler cette formalité en 6 jours et il en a fallu 8 dont 36h de standby à Cap Finisterre ...

Le principe de la qualification est simple, on propose un parcours de 1000 milles au directeur de course (Bernard Duval) et il n'y a plus qu'à le faire sous étroite surveillance satellite. Nous avions proposé 2 parcours un vers le fastnet via Rochebonne (cailloux au large de La Rochelle) et un vers Vigo via Rochebonne et retour par l'Ile d'yeu. Au vu de la météo nous sommes partis sur l'option Vigo sachant que nous aurions peu de vent sauf pour le passage du cap Finisterre mais durée moins aléatoire que vers l'Irlande et le Fastnet avec cette dorsale anticyclonique au mileu du parcours...

Et ce fut la navigation des extrèmes... beaucoup de petits airs sauf pour le passage Nord Ouest de l'Espagne qui a tendance à faire accélérer les flux d'air et à monter une mer de vagues hautes, courtes et croisées... que du bonheur... pour les surfers.

Pour la maille à l'endroit c'est à dire la descente vers Vigo, le flux de Nord Est qui soufflait en rafales à plus de 40 noeuds nous a bien poussé et nous avons joué la prudence avec 2 ris et la trinquette ce qui a limité nos surf à 16 nds, par contre, il a fallu dans l'autre sens tricoter 2 fois la maille à l'envers...

Tout content de notre descente en moins de 3 jours nous sommes repartis alègrement de Vigo pour franchir le cap Finisterre avec 33 noeuds établis (toujours NE) dans le pif et prêts à tirer des bords le long de la cote avec 3 ris dans la gv et le tourmentin, pas folles les guèpes (sauf pour la taille)!

Et là je vous dis pas l'enfer, 5 heures dans un vent moyen de 32/33 noeuds avec des rafales à plus de 40 et des pics de mer impressionnants. Il nous aura fallu quand même remplir le cockpit 3 fois avec des déferlantes sur le travers et des tranches qui nous ont fait voler du poste de barre (important de bons chandeliers pour s'accrocher!) pour décider de ranger le dernier bout de gv et d'abattre pour revenir derrière le cap sous tourmentin. Nous avions fait moins de 20 milles et n'avions pas encore fait le plus dur (quand on a fait demi tour, les 40 nds étaient établis - la mer vole - et les creux étaient vraiment flippants).

Coté yacht, merci JP!, le JPK 40 est un vrai bateau marin et solide. Malgré de sacré décollages et des atterrissages violants rien de cassé (seule la girouette a disparu dans l'affaire) et quand on a rempli le cockpit pas une goutte d'eau n'est entrée à l'intérieur, sécu maximale. Idem pour l'électronique et l'informatique, rien n'a bougé (merci TEEM!). Bonne expérience mais pas nécessaire tous les ans... (j'ai déjà donné dans la Solitaire du Figaro 2007 en allant à la Corogne)

Nous avons donc mouillé comme en croisière dans une baie tranquille en attendant que la météo évolue ce qu'elle a fini par faire 30 heures plus tard et là magnifique, bord de près avec toute la toile au raz des cailloux, c'est comme la Bretagne avec qq degrés en plus (dans l'air, pas dans l'eau!)...

Ensuite je préfère ne pas vous raconter la remonte lente et laborieuse sans vent mais avec jolie houle et heureusement que Bernard a validé le parcours sans repasser par l'Ile d'yeu si non on y serait encore!

Nous avons profité de cette "croisière" pour tester les plats hyophilisés Travellunch, MX3 et Voyager, guide détaillé sur commande mais globalement ce n'est pas si mal même si il faut compléter avec des légumes et des fruits.

Pour terminer, le conseil du jour c'est continuez à faire la vaisselle à l'eau douce et chaude! Si qq'un à le produit qui sait dégraisser les gamelles de préparation des lyoph à l'eau de mer froide, j'achète!

A bientôt pour la suite

Erik, Pacôme et les 25 ans de lutte contre le Sida