Carnet de Bord du dimanche 11 mai 2008

C’est toujours un grand moment à l’approche sur les Caraïbes/Antilles/ On the way.
Une partie de l’histoire de la navigation c’est passée ici : Christophe Colombe bien sûr, mais aussi les Pirates, la Flibuste, le Voilier au Ruban Rouge… etc.

Nous devons respect et humilité à cet arc de terre né de la puissance tellurique des volcans (je m’en flamme aussi…). Puisse ces terres contrastées de richesse et de pauvreté, nous laisser passer sur notre frêle esquif devant la bande d’écumeurs des mers qui nous pourchassent et veulent nous piquer notre 10ème place!

On commencerait presque à sentir l’odeur des accras si Poupou ne se trouvait pas à mon vent. Rien de grave Emma et les parents de Poupou, Cédric prend soin de lui, mais il a un peu peur de la mer parce qu’elle est froide et il a pris l’option « lingettes ». Ce qui fait que depuis 20 jours j’ai l’impression que l’on me promène un nourrisson sous le nez après la toilette. Je me demande si je ne préfèrerais pas l’odeur de l’Homme des cavernes au moins pour ces quelques dernières heures. Maintenant, c’est peut être un acte de défense de Poupou car comme il ne faut pas jeter les lingettes à la mer, il se sent peut être protégé…

Nous commençons à fantasmer sur notre premier repas à St Barth. Quand moi je pense accras, boudins, poissons et rhum, Poupou lui réclame une entrecôte frites avec une boule vanille et un St Nicolas de Bourgeuil. La prochaine fois je l’emmène en Angleterre, fini les Antilles !

Bon, j’arrête là car je n’ai plus que « mes belles » pour retranscrire ce mémo en texte.

On ne lâche rien, on continue de traquer Liz qui n’est pas très loin devant nous.

On vous embrasse.

P&P